Dix films à voir en 2017

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nelly (Anne Émond)

Il est de bon augure que ce soit Anne Émond, une cinéaste d’une grande sensibilité, qui s’attaque au personnage mythique de Nelly Arcan. Loin du biopic traditionnel, Nelly est sensé brouiller allègrement la ligne entre le vrai et le faux afin de rendre au mieux les différentes facettes de la personnalité éclatée de la regrettée auteure québécoise. Un choix de mise en scène prometteur, qui n’est pas sans rappeler le génial I’m Not There de Todd Haynes. Date de sortie prévue : 20 janvier

Julieta (Pedro Almodóvar)

On l’attendait pour l’automne 2016, c’est finalement à la fin-janvier que nous pourrons profiter de ce nouvel Almodóvar, qui a abouti à la 6e place du top annuel des Cahiers du Cinéma pour 2016. Julieta, un pur mélo, est un retour à la source pour l’espagnol, après deux incursions dans le thriller et la comédie. Date de sortie prévue : 27 janvier

Toni Erdmann (Maren Ade)

Unanimement encensé au dernier Festival de Cannes, numéro 1 sur la liste des meilleurs films de l’année des Cahiers du Cinéma et du British Film Institute, Toni Erdmann est sans contredit le film le plus attendu en cette nouvelle année. Et avec raison. Date de sortie prévue : 27 janvier

Paterson (Jim Jarmusch)

Paterson, librement inspiré du recueil de poèmes Paterson de William Carlos Williams, raconte une semaine dans la vie de Paterson, interprété par Adam Driver, chauffeur d’autobus et poète amateur dans la ville de Paterson, au New Jersey. Vous suivez toujours? Après Only Lovers Left Alive, qui avait fortement divisé la critique, c’est un retour à la mise en scène du quotidien des petites gens pour Jarmusch, là où il est à son meilleur. Date de sortie prévue : 3 février

Réparer les vivants (Katell Quillévéré)

Anne Dorval et Monia Chokri partagent avec Tahar Rahim, Emmanuelle Seigner et Kool Shen l’affiche de ce troisième long-métrage de la réalisatrice franco-ivoirienne, qui a été salué chaleureusement à la dernière Mostra de Venise. Réparer les vivants met en scène trois histoires qui s’entrelacent autour d’un processus de don d’organe. Date de sortie prévue : 10 mars

The Lost City of Z (James Gray)

Après plus de six ans d’écriture – Gray a débuté l’adaptation du roman du même nom de David Grann en 2009, The Lost City of Z a finalement vu le jour au Festival de New York au mois d’octobre. On annonçait un temps Brad Pitt et Benedict Cumberbatch en têtes d’affiche; c’est finalement Robert Pattinson, Charlie Hunnam et Sienna Miller qui tiendront le fort dans cette épopée au coeur de l’Amazonie à la recherche d’une cité perdue. Date de sortie prévue : 14 avril

Kollektivet (Thomas Vinterberg)

C’est peut-être le film de la dernière chance pour Vinterberg, dont le formidable Festen, qui avait lancé le mouvement Dogme 95, remonte à vingt ans déjà, et avait ensuite été suivi de sept autres long-métrages alternant successivement entre le moyen et le très mauvais. L’actrice Trine Dyrholm a gagné pour Kollektivet l’Ours d’argent de la meilleure interprétation féminine à la dernière Berlinale. On se croise les doigts. Date de sortie prévue : printemps

Ma Loute (Bruno Dumont)

Après l’hilarante télésérie P’tit Quinquin, Bruno Dumont retrouve les paysages de la Côte d’Opale pour cette comédie burlesque mettant en scène petits pêcheurs au moeurs bizarres et grande famille de bourgeois décadents. Juliette Binoche et Fabrice Luchini se joignent aux acteurs amateurs issus de la région. Date de sortie prévue : printemps

Okja (Bong Joon-ho)

Le coréen renoue avec Tilda Swinton (Snowpiercer) pour son 2e long-métrage en sol américain, en plus de voir Jake Gyllenhaal, Paul Dano, Lily Collins, Devon Bostick et Steven Yeun s’ajouter à cette distribution cinq étoiles. Ils épauleront sur le plateau une petite fille qui doit empêcher une puissante multinationale de kidnapper son meilleur ami, un monstre géant nommé Okja. Bong ayant déjà laissé une marque indélébile sur le film de monstres (The Host), ça promet. Date de sortie prévue : été

Happy End (Michael Haneke)

La nouvelle offrande de maître Haneke sera sans doute prête à temps pour le prochain Festival de Cannes, où il tentera de gagner une 3e Palme d’or consécutive. Après La Pianiste et Amour, il fait de nouveau équipe avec Isabelle Huppert pour cette oeuvre qui aura, dit-on, la crise des réfugiés  dans le nord de l’Europe comme toile de fond. Date de sortie prévue : automne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s