Éditorial : 2016, le deuil et le rêve

Frédérik Pesenti

« Je donne à mon espoir
tout l’avenir qui tremble
comme une petite lueur
au loin dans la forêt »
— Guillaume Apollinaire, Poèmes à Lou

À Faux Raccord, l’année 2015 s’était conclue par un plaidoyer pour l’humanité, un refus du cynisme ambiant et une volonté de replacer le beau geste au centre de notre vision du monde. Conséquemment, les films célébrés se voulaient le miroir de cette résolution, portant du même coup au monde des personnages vibrants et traversés par l’amour de leur prochain. Qu’en est-il alors de 2016? Où est rendue cette humanité qu’on voyait renaître à l’écran douze mois plus tôt?

Lire la suite