Quelques notes…

Sur Les Deux amis (Louis Garrel), Francofonia (Alexandre Sokourov), Green Room (Jeremy Saulnier), Mountains May Depart (Jia Zhang-ke) et Tale of Tales (Matteo Garrone).

Les Deux amis (Louis Garrel, 2015)                                                               Cote : **

Lire notre critique du film ici.

Francofonia (Alexandre Sokourov, 2015)                                                       Cote : *

Malgré quelques ressemblances qui pourraient à priori rapprocher les deux films de Sokourov — le tournage au musée du Louvre pour l’un, à l’Ermitage de St-Petersbourg pour l’autre —, on aurait tort de lier immédiatement ce Francofonia au grand L’Arche russe, tant l’esprit qui s’en dégage est différent. Ici, Sokourov mélange documentaire et fiction pour articuler une certaine vision de l’Histoire qui s’arc-bouterait sur l’art, mais un art étrangement froid et inerte, comme détaché du monde sensible, malgré son insistance sur l’institution du Louvre comme figure centrale de cette vision. Puis on tombe sur cette entrevue accordée par Sokourov aux Cahiers du Cinéma, où il louange la peinture et la littérature, ces « vraies » formes artistiques, et parle du cinéma comme d’un pis-aller, et alors on comprend un peu mieux le personnage.  F. P.

Green Room (Jeremy Saulnier, 2015)                                                            Cote : ***

Lire notre critique du film ici.

Mountains May Depart (Jia Zhang-ke, 2015)                                               Cote : *

Drôle de faux pas pour Jia, qui ne nous avait pas habitués à un traitement aussi convenu dans ses grandioses Still Life  et A Touch of Sin, beaucoup plus incisifs dans leur critique de la Chine contemporaine. Dans Mountains May Depart, Jia multiplie les clichés grossiers et enfonce des portes ouvertes, troquant la finesse et l’astuce des deux premiers en faveur d’une dissémination à outrance de signes clinquants et sans équivoque. En 2008, le critique John Powers de NPR qualifiait Jia Zhange-ke de « réalisateur le plus important au monde ». Il faudra ramer fort pour conserver ce titre.  F. P.

Tale of Tales (Matteo Garrone, 2015)                                                            Cote : ø

Quelle insignifiante et insupportable niaiserie.  F. P.

 

Une réflexion sur “Quelques notes…

  1. Yummy web page, one hundred percent great. In each and every element. I truly do not really learn how anyone were able to undertake it, nersethvlees, you stole this heart and soul regarding it is possible to write. Most likely a wizard!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s